Gente dame, j’espère que vous allez bien

J’ai décidé de vous raconter une nouvelle histoire mais cette fois on casse les codes, c’est moi, habituellement princesse, qui serais le chevalier servant !

Posons le décor. Nous sommes en hiver, le temps est pourtant bien doux. La nuit tombe doucement sur la cité d’Annecy. Nous nous rendons en carrosse vers le lieu d’une fête somptueuse qui doit se tenir plus tard dans la soirée.

La route est pleine d’autres carrosses rejoignant leurs destinations ou leurs masures.

En sortant d’un carrefour bondé, nous la voyons. Elle tente maladroitement de grimper sur sa monture.

Notre approche se précise quand soudain elle s’élance…la monture n’est pas stable c’est évident, elle titube, s’approche de la route et tombe littéralement devant notre carrosse. La tension monte d’un cran dans le véhicule. Les petits princes à l’arrière s’interrogent. Le prince, tel un électrochoc, me dit de bondir pour lui venir en aide.

N’écoutant que mon courage, je saute en marche…ah non nous étions arrêtés…Je m’approche, tiens la gente dame en détresse, attrape sa monture écroulée au sol et tente tant bien que mal de l’évacuer du lieu dangereux.

Mon carrosse ne pouvant se stopper continue sa route pour trouver refuge un peu plus loin.

Je reste donc avec la gente dame qui me semble présenter une extrême fatigue. Malaise vagal me dis-je, un peu de repos, respiration de sels et tout va rentrer dans l’ordre.

Mais notre gente dame se met à bondir, prête à sauter sur sa monture et repartir. Puis pafff elle retombe de fatigue… Bon, là…c’est pas normal…

Début de la négociation :

« Asseyez vous, vous allez tomber, j’ai peur de ne pas pouvoir vous retenir »

« Je vais mieux je vais y aller »

« Ah non gente dame, je ne vous laisse pas repartir, je vais appeler quelqu’un »

« Oui faites donc ça appelez quelqu’un »

« Asseyez vous ça serait mieux »

« Ok… »

« Vous vous appelez comment? »

« …. » (si elle me l’a dis, je sais qu’elle est d’Argonay, Fabienne?? arfffffff j’ai retenu retenu tant que je n’avais pas eu les secours, puis j’ai oublié pendant que mes jambes jouaient des castagnettes)

N’ayant rien avec moi (je vous rappelle que j’ai sauté du carrosse…vous étiez pas là je dis ce que je veux !), je lui demande son pigeon de secours bien caché dans sa besace. Il se prénomme 112…Drôle de nom pour un pigeon…J’accroche un message de détresse et l’envoi.

La réponse est rapide. Le message « Où êtes vous, donnez moi une adresse? » est noté sur le petit papier. Ahhhh, ben ça bonne question… J’envoie « je suis juste en face de l’auberge Chocolat noisettes » (Café de Brogny…brownie…bon ok j’ai fais ce que j’ai pu).

Le nouveau pigeon indique « Ah mais non, on ne peut pas vous trouver avec le nom d’une auberge… » Ah ben faut pas se perdre au milieu des bois…

Premier miracle : un carrosse s’arrête, et en sort…un collègue de boulot…enfin..l’un de mes écuyers ! Heureusement, il me trouve l’adresse que je peux communiquer. Nouveau pigeon. Ils n’en peuvent plus de voler… « ok je vous envoie quelqu’un ».

Deuxième miracle : deux autres personnes s’approchent. Ils portent une armure. Des chevaliers ! Ils voient à mon armure rutilante que je suis une novice en matière de sauvetage. Eux sont entraînés, ils possèdent un carrosse spécialisé.

Quelques questions pour décrire les événements et les voilà qui prennent en charge notre gente dame. Que font-ils là? Les pigeons sont décidément hyper rapides ! Ah non?! vous passiez par là? Décidément, les vrais chevaliers ce sont bien eux.

La gente dame bondit sur ses pieds, puis retombe, puis bondit sur le brancard, puis retombe… J’entends diabétique… Ahhhhhh ok ça prend enfin sens.

Notre gente dame est entre de bonnes mains en attendant les secours…ceux qui ont été dépêchés par le royaume.

« Vous n’avez plus besoin de moi? non? ok et bien merci alors ». Ils me remercient de m’en être occupé. J’ai trouvé ça touchant quand on sait que les héros de nos histoires ce sont eux.

Mais du coup gente dame…J’espère juste que vous allez bien, que vous avez pu rentrer auprès des vôtres et que votre histoire se termine bien.

Alors si vous passez par là, vous ne vous souviendrez sûrement ni de ce qui s’est passé, ni de moi. Peut être que vous vous reconnaîtrez quand même. J’espère en tout cas que vous accepterez de me faire un petit coucou, pour que moi aussi, je puisse enfin finir en beauté cette drôle de soirée.

#eleonore_norine #tranchedevie #mercilesambulanciers #pontdebrogny #annecy #droledevendredi

 

 

N'hésitez pas à laisser un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s