Etre maman d’un 3ème

Pas d’un 3ème enfant, non non non ! On se calme de suite !

Je suis maman d’un enfant scolarisé au collège, à la période fatidique de la 3ème. (L’année prochaine c’est la 6ème pour n°2…belote et rebelote !).

ET qu’est ce qu’on fait en 3ème ??? Non on ne commence pas la drogue, merci…

On fait un stage, UN STAGE !

Une semaine en immersion dans une entreprise ou une administration ou une association aussi, il me semble. Bref, pour mon grand, la semaine vient de s’achever et je voulais retracer un peu avec vous cette aventure de mon point de vue de maman.

1ère étape : trouver le domaine

Et oui, avant d’aller tout motivé découvrir le monde du travail, il a fallu s’atteler à réfléchir vers quel domaine se lancer. Et j’avoue avoir eu un peu peur au début car je ne sentais pas une motivation de folie du côté du principal intéressé.

Les semaines passaient. Mon grand me racontait que telle ou tel camarade avait trouvé. Une de mes amies dans le même cas me relatait les recherches faites par son fils. Et moi, mon grand, quand on lui demandait « tu veux faire ton stage dans quoi », la réponse était toujours sans appel « je sais pas ».

Bon…je fais quoi moi en tant que maman ? Je ne peux pas chercher à sa place soyons clairs, il doit faire la démarche par lui même. Mais en même temps, je ne peux pas le laisser face à tout ça sans rien faire.

Alors un jour j’ai pris une feuille et j’ai essayé d’en discuter avec lui. De l’aider à cibler ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas, les domaines dans lesquels ça l’intéresserait de voir comment cela se passe. Il n’en est pas ressorti grand chose, si ce n’est je l’espère que le travail a pu s’enclencher dans son esprit. Cette discussion avait aussi pour but de gommer les craintes qu’il pouvait avoir de ne pas trouver, ou de se sentir contraint de faire plus tard le métier qu’il aurait découvert. Car oui, je pense qu’à 13 ans ça peut-être une forme de pression qu’il faut calmer. C’est juste un stage de découverte, on ne demande pas de choisir un métier.

Un jour, surement miraculeux (je ne me souviens plus comment c’est arrivé), l’idée a germé. Il avait un but, trouver son stage dans une chocolaterie. Alléluia !!!!

Quand je lui ai demandé pourquoi : « ben déjà parce que j’aime manger » (ah ben ça vu ce que tu bouffes, c’est sur !!!) « et puis parce que c’est un métier manuel »…

2ème étape : la lettre de motivation

Bien ! Et comme ça ne va pas se trouver tout seul, nous nous sommes mis à discuter de la lettre de motivation. CV…pas CV…? Bon clairement il n’avait rien à y mettre et sa prof ne lui avait parlé que d’une lettre. Abandon de l’idée du CV, allons à l’essentiel !

Il m’a posé des questions « je dis quoi », « je mets quoi dedans », « comment ça se présente » ?

Et oui ca ne s’invente pas quand on en a jamais rédigé.

Mais je connais mon fils par coeur maintenant, donc je sais que je dois doser entre aider et faire à sa place. Hors de question que je travaille à sa place. Il doit apprendre à faire les choses par lui même. Et maintenant il le sait à son âge, même s’il tente de gratter un peu plus des fois que ça fonctionne.

Donc après quelques explications sur la forme et les données à mettre dans le contenu, le voilà qui m’a rédigé sa lettre de motivation. Il en a fait plusieurs versions je crois et quand il en a été satisfait, je lui ai imprimé quelques exemplaires.

« Je vais aller les mettre dans les boites aux lettres »

Ah non ! Et me voilà partie à lui expliquer qu’il y a plein d’enfants en même temps qui font la même demande ; que le poids de la demande n’est pas le même quand on dépose une lettre ou quand on se présente.

3ème étape : le porte à porte

L’explication a dû lui paraître suffisamment valable car il a accepté d’aller frapper aux portes. Il misait tout sur une chocolaterie réputée du coin donc c’est par là qu’il a voulu commencer.

Moi je lui parlais de celle à côté de la maison, bien réputée aussi, mais elle semblait moins le motiver.

Soit ! L’important c’était qu’il aille se présenter et déposer sa lettre et c’est ce qu’il a fait.

C’est dans la première chocolaterie du centre ville d’Annecy @chocolatiermeyer.fr , celle qui le motivait le plus, qu’il a essuyé son premier refus. Il me semble qu’ils avaient déjà un stagiaire ou n’en prenaient pas à cette période, la raison m’échappe.

Du coup en sortant il m’appelle, pas découragé pour autant, et me dit qu’il va aller à pieds dans l’autre qu’il a ciblé, près de l’Impérial. (Je me suis dis à ce moment là « mais ça fait une trotte à pieds…mon bébé… » – bon j’ai ravalé ça et je lui ai dis un truc du genre « ok bon courage, appelles moi quand tu en sors »).

Le voilà donc parti chez @patrickagnelletofficiel se présenter de nouveau. 2ème refus mais pas totalement catégorique. Il a pu laisser sa lettre de motivation mais vu la teneur de la discussion, la personne rencontrée ne laissait que peu de chances que ça aboutisse. Suite à ça, mon grand a été partagé. Pour lui, à présent qu’il avait déposé une lettre et qu’il allait « peut-être » être recontacté, il fallait attendre. J’ai compris ensuite que sa crainte c’était de se retrouver avec un stage d’un côté et une autre entreprise qui le rappelle, et de ne pas savoir comment cela se gérait.

Une fois ses craintes gommées, il a bien voulu aller démarcher la chocolaterie dont je lui avais parlé https://chocolaterie-annecy-pont-neuf.fr/ mais pas de suite ! Ah ben non il en avait déjà vu deux le même jour, donc à mon grand désespoir, il irait plus tard.

J’ai eu peur qu’il perde sa motivation et qu’il n’y retourne que bien plus tard. Mais au final, je n’ai eu que deux jours à attendre et il y est passé sans me le dire avant. Il m’appelle quand j’étais au bureau et me dit « Ca y est j’ai mon stage ». Ahhhhhhhhh mais je suis trop contente !!!!! Je l’ai félicité tout ce que j’ai pu car j’étais très fière de lui. Il a juste discuté avec les gérants et ils lui ont rempli sa convention directement. Dans les faits, trouver son stage a été d’une facilité déconcertante par rapport à une réelle recherche de travail, mais il a joué le jeu, a suivi son idée et ça a payé.

En plus, comme mes enfants vivent en garde alternée, j’étais ravie de savoir que son stage se déroulerait à côté de la maison et que j’aurais sa vision en live de cette expérience car il serait avec moi cette semaine là. Lui il était encore plus ravi…de quoi ?…de démarrer son stage le mardi car le lundi la chocolaterie est fermée. Et une journée de repos une !

4ème étape : le Stage !

La semaine…de 4 jours vient de se terminer et de mon point de vue de maman c’était super. J’aurais adoré être une petite souris et le voir là bas.

Je l’avais rarement vu si motivé à se lever le matin. Il s’est d’ailleurs levé avant tout le monde chaque matin pour avoir le temps de prendre sa douche et son petit déjeuner.

Le premier jour, il est parti avec bien 20 min d’avance, sachant que la chocolaterie est à …5 min à pieds. Au moins il a prouvé qu’il était sérieux !

Rendez-vous à 8h. A 7h50 par là il m’appelle un peu tendu quand même et me demande de vérifier l’heure de début sur sa convention car il n’y a toujours personne. C’est bien 8h…Il faut attendre…

Je renvoie un message mais pas de réponse. Bon…calmos maman…il a dû trouver quelqu’un.

J’ai pu avoir des nouvelles dès le midi car il m’a appelé pour savoir s’il pouvait manger…2 cordons bleus…(quand je vous dis que c’est un ogre !!!). L’histoire ne dira pas si j’ai accepté ou non. Je n’avouerai jamais !

Et soulagée, j’ai entendu mon fils me raconter ce qu’il avait fait durant sa première matinée. Il a bien voulu m’expliquer et ça…c’était trop cool !!! D’ailleurs, il a accepté de me raconter chaque jour les tâches accomplies et je crois que cette expérience lui a bien plu.

Il a par exemple :

  • plié des dépliants
  • moulé et démoulé de la friture
  • enlevé la peau des noisettes
  • joué avec la machine qui enrobe les chocolats et déposé des mini chocolats en forme de graine de café sur des chocolats
  • empaqueté
  • posé aussi ses questions obligatoires et plein d’autres (d’ailleurs il a pris des notes aussi le soir de ce qu’il avait fait pour préparer son rapport).

Et surement encore plein d’autres petites choses que j’ai oublié.

Au moment de partir, les patrons lui ont offert un pot de pâte à tartiner, des caramels et un sachet de chocolats. Il ne s’y attendait pas et ça s’est vu que ça lui a fait super plaisir. En plus ils ont été adorables avec lui en lui montrant leur métier et en le faisant participer à plein de choses. Et je me plais à penser que si il a passé son stage de 3ème de manière si intéressante, c’est aussi grâce à son travail, à sa bonne humeur et à son investissement.

Moi en tant que maman j’ai apprécié de le voir revenir tous les jours avec le sourire et motivé d’y retourner le lendemain.

Maintenant, la dernière étape va être de rédiger son rapport de stage et ensuite de le présenter à l’oral. Et là encore, je lui fais confiance pour faire un travail de qualité comme à son habitude et faire à son idée car pour sûr, mon grand ne manque vraiment pas de caractère !

Un commentaire sur “Etre maman d’un 3ème

N'hésitez pas à laisser un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s